10.08.2022 - dpa Deutsche Presseagentur GmbH

Une étude révèle l'impact environnemental de plus de 57 000 produits alimentaires

Si vous voulez faire un geste pour l'environnement en faisant vos courses alimentaires, évitez la viande, le poisson et le fromage et optez plutôt pour les fruits, les légumes et le pain. C'est ce que démontre une étude britannique qui a évalué l'impact environnemental de plus de 57 000 produits disponibles dans les supermarchés, dont de nombreux aliments transformés. Comme le rapportent en outre les auteurs dans les "Proceedings" de l'Académie nationale des sciences américaine ("PNAS"), de nombreux produits nutritifs présentent un faible impact environnemental.

Les thèmes du climat et de l'environnement sont importants ou très importants pour 84% des Allemands en matière d'alimentation. C'est ce que rapporte le dernier rapport sur l'alimentation du ministère fédéral de l'Alimentation et de l'Agriculture. En même temps, 27 pour cent se sentent moins bien ou pas du tout informés sur les relations correspondantes.

En fait, un nombre non négligeable de consommateurs semblent se sentir dépassés lorsqu'il s'agit de faire des choix pour une alimentation respectueuse de l'environnement. De plus, les produits de supermarché sont souvent composés de combinaisons de différents ingrédients.

Afin de mieux évaluer l'impact environnemental de ces produits, une équipe dirigée par des chercheurs de l'Université d'Oxford a mis au point un algorithme permettant d'estimer l'impact global de plus de 57 000 aliments et boissons vendus au détail au Royaume-Uni et en Irlande. Les auteurs ont quantifié l'impact des aliments sur les émissions de gaz à effet de serre, l'utilisation des sols et la consommation d'eau.

Ils en ont ensuite déduit une valeur d'impact environnemental composite unique pour 100 grammes de chaque produit, allant de 0 (aucun impact) à 100 (impact le plus important). "Pour la première fois, nous disposons d'une méthode transparente et comparable pour évaluer l'empreinte environnementale des aliments transformés contenant plusieurs ingrédients", résume le coauteur Peter Scarborough. "Ces types d'aliments représentent la plus grande partie de nos achats en supermarché, mais jusqu'à présent, il n'y avait aucun moyen de comparer directement leur impact sur l'environnement".

Dans l'étude, les produits à base de viande de bœuf séchée comme le Biltong ou le Beef Jerky - de tels produits à base de viande séchée se trouvent également dans de plus en plus de supermarchés en tant que snacks dans notre pays - ont obtenu le score le plus élevé. En règle générale, les produits à base de viande, de poisson et de fromage avaient une valeur plutôt élevée, tandis que de nombreux desserts et produits de boulangerie se situaient dans la zone moyenne et que les produits à base de fruits, de légumes, de sucre et de farine comme les soupes, les salades, le pain et de nombreuses céréales pour le petit-déjeuner se trouvaient en bas de l'échelle.

L'étude a également comparé l'impact environnemental de la viande et des alternatives à la viande, dont les saucisses ou les burgers à base de plantes. De nombreux produits alternatifs avaient un impact environnemental compris entre un cinquième et moins d'un dixième de celui de leurs équivalents à base de viande.

"Dans l'ensemble, les résultats britanniques correspondent à ce que nous avons déterminé pour les habitudes alimentaires actuelles en Allemagne", commente Rolf Sommer, directeur du département Agriculture et utilisation des terres au WWF Allemagne, dans une évaluation indépendante. "Nous dépendons de manière multiple des services écosystémiques d'une nature intacte", poursuit Sommer. "Nos modèles alimentaires mettent donc en péril notre propre sécurité alimentaire". L'expert agricole résume : "Plus de fruits, de légumes, de légumineuses et de noix et moins de produits animaux, voilà une bonne formule pour l'environnement et pour notre propre santé".

Cette recommandation ne s'inscrit pas seulement dans les lignes directrices mondiales du "Planetary Health Diet", présentées en 2019 par la commission "Eat-Lancet", qui fixent des objectifs pour une alimentation équilibrée et respectueuse de l'environnement. Ils font également référence à une autre constatation de l'étude actuelle. Ses auteurs ont observé que les aliments plus durables avaient tendance à être également plus nutritifs.

L'analyse a également révélé de grandes différences au sein d'une même catégorie de produits. En fonction des ingrédients et de la composition, différentes sauces pesto pourraient par exemple avoir un impact environnemental et des valeurs nutritionnelles très différents. Les chercheurs ont fait des comparaisons similaires pour les biscuits, les lasagnes et les saucisses.

Pour les auteurs, cela signifie que même les consommateurs pour lesquels un changement de régime alimentaire important n'est pas possible ou suffisamment attractif pourraient contribuer à réduire l'impact environnemental et à améliorer leur propre santé en choisissant des aliments spécifiques et étiquetés en conséquence.

Dans l'ensemble, les chercheurs espèrent que la méthode qu'ils ont développée constituera une première étape qui permettra aux consommateurs, aux détaillants et aux décideurs politiques de prendre des décisions éclairées sur l'impact environnemental des aliments et des boissons./fm/DP/zb (dpa)

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Allemand peut être trouvé ici.

Faits, contextes, dossiers
  • Agro-alimentaire