Peste porcine africaine : transmission improbable par les aliments pour animaux

Publication des résultats de la recherche internationale sur le virus de la PPA

31.05.2024
Computer-generated image

Image symbolique

La peste porcine africaine (PPA) se propage de plus en plus en Europe et dans d'autres parties du monde. Les aliments jouent également un rôle dans ce processus. Si des aliments non chauffés ou des restes de repas d'animaux infectés sont donnés à des animaux non infectés, le virus peut se propager dans des régions auparavant indemnes de PPA et donc également dans les élevages de porcs domestiques. L'agent pathogène étant stable dans l'environnement, on a longtemps pensé qu'il pouvait également être transmis par les aliments pour animaux, l'eau et d'autres matériaux. L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) a lancé un projet de recherche international sur cette question, auquel ont également participé le Bundesinstitut für Risikobewertung (BfR) et le Friedrich-Loeffler-Institut (FLI). Les résultats montrent que : Une propagation du virus de la PPA via les aliments pour animaux n'est à prévoir que dans des cas exceptionnels particuliers. "Même après avoir ajouté de grandes quantités de virus infectieux à différents matériaux d'aliments pour animaux et de litière, aucun virus infectieux n'a pu être détecté après une courte période", explique le Dr Sandra Blome, coordinatrice du projet au FLI. "Ce n'est que dans le cas de betteraves fourragères et de pommes de terre stockées au froid que l'on a trouvé du matériel viral infectieux dans certains échantillons, même après une longue période de stockage. Cela est probablement dû au fait que les virus de la PPA sont particulièrement stables à des températures froides et dans des environnements humides". "En principe, les virus de la PPA ne sont pas transmissibles à l'homme", explique le président du BfR, le professeur Andreas Hensel. "Mais avec ce projet, nous comblons une importante lacune dans les connaissances concernant le rôle des aliments pour animaux dans la transmissibilité du virus de la PPA".

En raison du manque de données empiriques, le FLI a travaillé avec le BfR et l'institut suédois Statens Veterinärmedicinska Anstalt (SVA) dans le cadre du projet financé par l'EFSA (qui débutera en 2022) afin de combler les lacunes existantes en matière de connaissances. L'objectif était d'étudier la stabilité du virus de la PPA sur les aliments pour animaux, les matériaux de litière et les vecteurs mécaniques dans des conditions de stockage proches de la pratique. Pour ce faire, 14 matériaux d'alimentation et de litière agricoles pertinents ont été utilisés : Herbe, herbe ensilée, foin, écorce, tourbe, copeaux de bois, maïs ensilé, colza, orge, blé, avoine, paille, pommes de terre et betteraves fourragères.

Tous les matériaux ont été contaminés par le virus de la PPA et stockés à cinq températures ambiantes différentes pendant une période allant jusqu'à neuf mois. Les échantillons ont été analysés à différents moments pour détecter les virus infectieux ainsi que les restes génomiques du virus. Les chercheurs se sont également penchés sur le rôle potentiel de trois espèces différentes d'arthropodes suceurs de sang (des arthropodes tels que les sangsues) afin de déterminer combien de temps les arthropodes étudiés pouvaient héberger le génome viral et le virus infectieux après l'ingestion de sang infectieux.

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Allemand peut être trouvé ici.

Publication originale

Autres actualités du département science

Actualités les plus lues

Plus actualités de nos autres portails

Vis-à-Vis avec UV/VIS