Ne pas manger peut entraver la perte de poids

Les aliments qui offrent normalement une valeur nutritionnelle suffisante ne sont plus perçus comme suffisamment gratifiants

04.06.2024
Computer-generated image

Image symbolique

Une équipe de chercheurs de l'Institut de zoologie de l'université de Cologne a étudié le contrôle de la prise alimentaire dans le cerveau en effectuant des expériences comportementales sur la mouche drosophile Drosophila melanogaster. Comme chez l'homme, des molécules similaires à l'insuline régulent la prise alimentaire chez la mouche à fruits. Cette régulation est notamment influencée par un système de neurotransmetteurs qui intervient dans la prise de décision. Ce système utilise le neurotransmetteur octopamine, une molécule apparentée à la noradrénaline. Le neurotransmetteur détermine si les souvenirs de la consommation de glucides sont stockés dans la mémoire à long terme ou à court terme. Cette décision est prise en fonction du niveau des réserves énergétiques internes, ce qui a une influence décisive sur le comportement alimentaire futur. L'étude, dirigée par le professeur Henrike Scholz, a été publiée dans la revue eLife sous le titre "Octopamine integrates the status of internal energy supply into the formation of food-related memories" (L'octopamine intègre l'état des réserves d'énergie internes dans la formation des souvenirs liés à l'alimentation).

Les chercheurs ont étudié comment un jeûne léger et des niveaux réduits de glycogène dans les tissus adipeux et musculaires affectent la perception des hydrates de carbone chez les mouches des fruits. Le glycogène, la forme de stockage du glucose, est stocké dans le tissu adipeux et est largement utilisé comme énergie dans les muscles. L'information sur les réserves d'énergie de ces tissus est intégrée dans le système décisionnel par l'octopamine et influence la biomécanique du cerveau.

Des études antérieures ont montré que la suralimentation peut entraîner une augmentation des niveaux de glycogène chez les animaux et les humains. Dans l'expérience, les mouches des fruits ont été génétiquement modifiées pour avoir un niveau de glycogène plus élevé. Pendant le jeûne, les réserves énergétiques accrues entraînent la formation d'une mémoire très stable qui ne disparaît pas lors d'une nouvelle consommation de nourriture. C'est également le cas si la valeur nutritionnelle du prochain repas est effectivement suffisante pour compenser les déficits causés par le jeûne. Le souvenir déclenche une augmentation de la prise alimentaire.

Si le niveau de glycogène était très élevé, l'apport d'hydrates de carbone dans l'expérience n'a entraîné qu'un faible effet de récompense dans le cerveau. Cet effet réduit a alimenté le désir de continuer à manger. Si l'apport alimentaire était suffisant ou si l'animal disposait de suffisamment d'énergie, le système décisionnel supprimait à son tour la formation d'un tel souvenir de longue durée concernant la source de nourriture. Ce phénomène est indépendant de la teneur en glucides de la nourriture ou de son enrichissement en protéines. En général, le niveau de glycogène n'avait aucune influence sur la façon dont les mouches des fruits évaluaient les aliments enrichis en protéines.

Souvenirs des glucides - autrefois utiles, aujourd'hui nuisibles

En fonction du niveau d'énergie, l'octopamine est responsable du type de mémoire qui se forme en réponse à l'ingestion d'aliments : les aliments qui offrent normalement une valeur nutritionnelle suffisante ne sont plus perçus comme suffisamment gratifiants. Il peut en résulter une suralimentation, quelle que soit la valeur nutritionnelle ou le type d'aliment.

Dans l'Antiquité, lorsque la nourriture était une ressource limitée ou rare, ce mécanisme a pu servir à constituer des réserves d'énergie lorsque la nourriture était disponible. En période d'excédent alimentaire, le souvenir durable d'une source d'hydrates de carbone peut favoriser une consommation excessive de nourriture et contribuer ainsi au développement de l'obésité", a déclaré Henrike Scholz, premier auteur de l'étude.

Aucune étude ne prouve l'existence d'un mécanisme similaire chez l'homme, mais comme les molécules impliquées sont très semblables chez la mouche des fruits et chez l'homme, l'équipe de recherche suggère que le mécanisme fonctionne de la même manière. Les résultats pourraient donc expliquer pourquoi il est difficile de perdre du poids : si le souvenir de l'effet gratifiant de la nourriture dépasse l'effet gratifiant et rassasiant de l'ingestion réelle de nourriture, cela peut conduire à une augmentation de l'ingestion de nourriture. Scholz conclut : À l'avenir, il pourrait être important de trouver un moyen d'effacer ce souvenir durable afin de faciliter la perte de poids.

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Anglais peut être trouvé ici.

Publication originale

Autres actualités du département science

Actualités les plus lues

Plus actualités de nos autres portails

Vis-à-Vis avec UV/VIS