Les étudiants de la DHBW de Karlsruhe testent une solution numérique pour les foodcoops

Test sur le terrain et perspectives d'avenir : expériences, défis et perspectives d'un travail d'étude proche de la pratique

07.06.2024
computer generated picture

Image symbolique

Dans le cadre d'un test sur le terrain, des étudiants en informatique de la Duale Hochschule Baden-Württemberg (DHBW) de Karlsruhe ont dû, à la fin de leur travail d'étude, confronter leur application aux membres d'une foodcoop composée de près de 20 ménages. Un test de stress non seulement pour l'application, mais aussi et surtout pour les étudiants, qui a fourni de précieuses informations dans le sens d'une conception logicielle centrée sur l'utilisateur pour la numérisation d'une foodcoop.

Que sont les foodcoops ?

Les foodcoops sont des communautés d'achat (non commerciales) auto-organisées dont l'objectif est d'acheter le plus possible de produits alimentaires régionaux issus de l'agriculture biologique, de réduire les déchets d'emballage et les trajets, et de récupérer la souveraineté sur l'offre.
Un degré élevé de confiance mutuelle ainsi que la commande préalable de produits frais permettent de se passer des fonctionnalités typiques du commerce de détail, de réduire ainsi les coûts et de distribuer 100% des aliments.

Numériser les foodcoops


Les processus administratifs nécessaires, qui sont purement bénévoles, se sont développés au fil des décennies et sont hautement optimisés, mais sont encore aujourd'hui essentiellement basés sur le "papier et le crayon". Leur numérisation promet une plus-value, par exemple par la possibilité d'adapter en ligne le processus de commande des membres à des tailles d'emballages imposées de l'extérieur. Si, par exemple, un agriculteur bio ne livre que des emballages de dix têtes de salade d'une sorte, il est compliqué de se mettre d'accord sur le nombre d'emballages à commander.
Mais la numérisation des processus permettrait également de gagner du temps lors de la facturation ou de la gestion des marchandises livrées en trop ou en trop peu, et de rendre les processus moins sujets aux erreurs.
La technologie basée sur le web est certes déjà utilisée par certaines foodcoops, mais les outils disponibles se révèlent trop peu flexibles pour reproduire les exigences spécifiques d'une foodcoop.

Nouveau départ dans le cadre de travaux d'études


Il s'est donc avéré judicieux de repartir de zéro, avec l'aide d'étudiants en herbe. Oliver Rettig, chef de projet au Robot-and-Human-Motion-Lab (RaHM-Lab) à la DHBW Karlsruhe, a lancé le projet de numérisation des foodcoops dès 2020. Dans le cadre de cinq travaux d'études, dix étudiants ont étudié avec beaucoup d'engagement de nombreux aspects techniques et organisationnels et ont développé beaucoup de code. L'un des défis a été de familiariser les groupes de travail suivants avec la base de code de plus en plus complexe. Lors des premières tentatives, cela n'a pas du tout réussi et le code existant a dû être complètement abandonné. Avec l'expérience croissante des travaux d'étude successifs, acquise notamment dans le cadre des projets du RaHM-Lab, un flux de travail de plus en plus fluide s'est mis en place. La persévérance et le travail continu sur le sujet ont porté leurs fruits : avec le test sur le terrain qui vient de s'achever, tous les processus partiels numérisés ainsi que leur interaction ont pu être testés pour la première fois par les membres d'une foodcoop située à proximité immédiate de l'université des sciences appliquées de Karlsruhe.

Quelle est la suite ?
Le test sur le terrain a montré qu'il ne manque plus grand-chose sur le plan technique pour que l'application puisse être mise en pratique. Cette étape ne peut toutefois être franchie que si le projet sort du cadre des travaux d'études et se transforme en un projet open source vivant avec un soutien externe et un développement continu. Une dernière tâche à laquelle les étudiants de la DHBW pourront s'atteler dans le cadre d'un autre travail d'étude en octobre de cette année. Deux membres du dernier groupe d'étude, qui a connu un grand succès, ont déjà signalé qu'ils souhaitaient y participer pendant leur temps libre. On attend avec impatience de voir comment l'application va évoluer et être utilisée dans les foodcoops.

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Allemand peut être trouvé ici.

Autres actualités du département science

Actualités les plus lues

Plus actualités de nos autres portails

Vis-à-Vis avec UV/VIS