Le plan proposé par l'Ontario pour élargir les ventes d'alcool nuira à la population

09.04.2024

Les projets du gouvernement de l'Ontario visant à élargir la vente d'alcool aux magasins privés de la province pourraient entraîner des taux de consommation plus élevés et des dommages connexes, écrivent les auteurs d'un commentaire dans le JAMC(Journal de l'Association médicale canadienne), à l'adresse https://www.cmaj.ca/lookup/doi/10.1503/cmaj.240069.

computer generated picture

image symbolique

"Ces changements entraîneront une augmentation de 289 % du nombre de magasins d'alcool en Ontario(n = 2935 en mars 2023, selon la Régie des alcools de l'Ontario), réduiront probablement le prix de l'alcool et représenteront le plus grand changement depuis des décennies en ce qui concerne la façon dont l'alcool est vendu au Canada", écrivent les docteurs Norman Giesbrecht, Centre de toxicomanie et de santé mentale et Université de Toronto, et Daniel Myran, Institut de recherche Bruyère et L'Hôpital d'Ottawa, Ottawa (Ontario).

De nombreuses données indiquent que ces changements augmenteront la consommation d'alcool et les dommages qui y sont associés, tels que les décès, les visites et les admissions à l'hôpital, la violence et les maladies chroniques. Par exemple, une analyse des deux premières années de vente d'alcool dans les épiceries de l'Ontario a révélé que les visites aux urgences liées à l'alcool avaient augmenté de plus de 6 % dans les zones où l'alcool était présent dans les épiceries par rapport à celles où il ne l'était pas.

Les auteurs préconisent l'adoption de mesures supplémentaires pour réduire le risque d'effets négatifs de ce changement de politique.

"Nous proposons d'instituer des politiques aux niveaux provincial et fédéral, notamment en renforçant le prix minimum de l'alcool, en rendant obligatoires les étiquettes de mise en garde sur toutes les boissons alcoolisées et en améliorant l'accès au dépistage et au traitement des troubles liés à la consommation d'alcool, afin d'atténuer en partie les effets néfastes et les coûts potentiels de ces changements.

Bien qu'il soit difficile de quantifier les dommages qui pourraient survenir, l'"impératif de santé publique" posé par ces changements justifie une action et peut-être une nouvelle réflexion de la part du gouvernement de l'Ontario.

Note: Cet article a été traduit à l'aide d'un système informatique sans intervention humaine. LUMITOS propose ces traductions automatiques pour présenter un plus large éventail d'actualités. Comme cet article a été traduit avec traduction automatique, il est possible qu'il contienne des erreurs de vocabulaire, de syntaxe ou de grammaire. L'article original dans Anglais peut être trouvé ici.

Autres actualités du département science

Actualités les plus lues

Plus actualités de nos autres portails

Vis-à-Vis avec UV/VIS